Acheter seconde main, les avantages et désavantages
Consom'Acteur

Acheter seconde main, les avantages et désavantages

15 juillet 2019

Vous achetez seconde main? Oui! Non! Moi, j’adore. Surtout pour les vêtements d’enfants. Franchement avec le temps j’ai plus de fun à trouver seconde main, qu’à magasiner du neuf. Ce n’est pas que je suis une grosse acheteuse, loin de là, j’ai toujours hais ça. Mais quelques fois, comme tout le monde, j’ai besoin d’acheter pour les enfants, pour moi, la maison, etc.

Alors, pourquoi bouder les objets usagés quand certains morceaux sont vendus presque neufs à une fraction du prix. C’est clair que c’est avantageux pour le portefeuille, mais aussi pour l’environnement… Car acheter seconde main, c’est simplement détourner des tonnes d’articles réutilisables des sites d’enfouissement chaque année.

Que pouvons-nous acheter seconde main?

Presque tout. On achète bien des maisons qui ont déjà servi, alors pourquoi se priver du reste? Meubles, vêtements, literie, voiture, électronique, jouets, il n’y a pas grand chose qu’on ne peut pas donner ou revendre.

Évidemment, à part les sous-vêtements (que je préfère acheter neuf – ben oui!), les chaussettes qui généralement finissent trouées ou perdues (on ne sait trop où) et tous les trucs qu’on n’osent pas parler, acheter usagé c’est tout à fait possible pour à peu près tout.

(5) 6 avantages à considérer

1/ La planète, notre seule demeure

En achetant seconde main, on réduit la demande pour la production de produits neufs. Du moins, on ne l’encourage pas. Par ailleurs, plus un objet dure longtemps, plus son empreinte écologique diminue (oui, oui, les objets ont aussi une empreinte). On limite donc l’impact négatif de ce que l’on fabrique sur notre planète. Moins de demande pour l’eau, le pétrole, etc. Mais aussi moins de déchets dans les dépotoirs.

2/ L’économie d’argent

Qui n’aime pas sauver quelques sous? À une fraction du prix vous pouvez acheter un objet convoité, nécessaire ou ludique et vos économies resteront dans vos poches au lieu de s’envoler dans le compte bancaire d’une multinationale.

3/ Offrir plusieurs vies à un objet

À moins d’être vraiment de mauvaise qualité, plusieurs produits peuvent servir longtemps. Bien évidemment, ici on oublie l’obsolescence programmée. Pensons juste aux livres, combien de mains et de petits yeux peuvent s’attarder sur la même histoire à votre avis? Des dizaines.

4/ Redonner au suivant

Pourquoi jeter quand ça sert encore? Vos enfants ont trop de jouets (les miens aussi) alors désencombrer en donnant à une joujouthèque, une bibliothèque, l’école de quartier, une garderie, un centre de dons, peu importe, il est assuré que vous ferez le bonheur de quelqu’un.

5/ Participer à l’économie d’insertion

La collecte, la réparation, la distribution et la revente créent des emplois, mais aide aussi de nombreuses personnes à obtenir des produits qu’elles n’auraient pas les moyens de s’offrir autrement. Donc, en donnant ou en achetant seconde main, on offre aussi un coup de main à des personnes qui en ont vraiment besoin.

6/ Le petit bonus : la patience

Acheter seconde main c’est aussi prendre son mal en patience afin de trouver l’objet convoité. En prenant conscience de nos réels besoins, on achète moins sous l’impulsion, on réfléchi à notre impact environnemental et on reprend en main son pouvoir de consommateur.

Plus de la moitié des Nord-Américains disent être plus portés à réutiliser depuis qu’ils ont découvert l’impact environnemental de l’industrie du vêtement. Source : Village des Valeurs.

Une liste pour vous aider

Faire une liste que vous traînerez dans votre téléphone/portefeuille pourrait vous aider à déterminer les achats vraiment nécessaires. Faites le tour des penderies, des armoires et des commodes, trier et mettre en boîte ce qui n’a pas servit depuis des mois. Vous aurez tout à coup un sentiment de légèreté. Promis.

Attention à certaines petites bébittes

Évidemment, acheter seconde main demande quelques fois de prendre quelques précautions. Il n’est pas toujours avantageux de se lancer avec frénésie dans tout ce qui est usagé. Les matelas et sofas sont généralement à éviter. En général, si vous les trouvez dans la rue, passez votre tour et laissez-les aux vidangeurs.

Alors, peu importe l’endroit où vous dénicher vos objets vérifier toujours la présence de petits œufs dans les coutures ou les petits coins obscurs. Ce n’est pas évident à trouver, mais un examen minutieux pourrait vous sauver des heures de cauchemars.

Une maison propre n’est pas gage d’absence d’insectes nuisibles. L’inverse est également vrai. On peut se faire envahir même avec des produits de l’épicerie. Alors, sans jugement, on fait juste vérifier que tout est ok.

Solutions rapides pour ne pas se faire envahir

En revenant à la maison, si possible, mettre au congélateur vêtements et petits objets, de 36 à 72 heures. Il est rare que les petites bébettes résistent à la congélation. Passez la balayeuse dessus après au besoin. Jetez le sac.

Vous pouvez aussi mettre à la sécheuse les vêtements à très haute température de 30 à 60 minutes.

Où acheter usagé?

Partout. Dans les centres de dons, les sous-sols d’église, sur les réseaux sociaux, sur les sites seconde main. Vraiment vous avez le choix. Commencez pas regarder dans votre ville, il est rare qu’on ne retrouve pas un organisme qui ne tiennent pas quelques vêtements ou meubles usagés.

En conclusion, il ne faut surtout pas se priver d’acheter seconde main. Si vous avez à cœur la préservation de notre planète, ce mode d’achat est à privilégier. En plus, ce n’est pas très compliqué, il suffit de savoir ce qu’on cherche et d’attendre de le trouver.

Achetez-vous seconde main?

Si oui, quelle est la meilleure aubaine pour vous? Vêtements, meubles, électronique, etc.

Si non, pourquoi? Qu’est-ce qui vous freine?


Suggestion de lecture: Les écocentres du Québec pour un meilleur recyclage.

Photo: Tiffany Nutt

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire