10 astuces pour arrêter de surconsommer
Consom'Acteur

Pourquoi arrêter de surconsommer

5 mars 2018

Aujourd’hui, surconsommer est devenu une activité tatouée dans nos gênes. Il suffit de s’arrêter deux minutes et de zieuter notre maison, notre frigo, nos armoires, nos penderies, notre garage, pour ne voir que de l’accumulation. Des objets, des vêtements, des jouets, des souliers qui n’ont pas servi depuis des lustres, que nous gardons au cas où…

Pourquoi consomme-t-on?

Au cas où que j’en aurais de besoin un jour, au cas où que ça reviendrait à la mode, au cas où que ça prendrait de la valeur, au cas où que je perdrais mon cinq kilos en trop. Au cas où. Finalement, qu’est-ce qui arrive? Rien. On achète, on accumule puis on fini par jeter. Si on est gentil, par vendre ou donner.

Si vous regarder les émissions déco à la télévision, vous avez sûrement remarqué qu’un des premiers critères recherchés lorsque les gens rénovent ou achètent une maison, c’est: «Y’as-tu du rangement?».

On veut tous LE super walk-in pour mettre nos vêtements, ou la grande cuisine avec plein de tiroirs, ou le garage pour l’auto, les vélos, les skis, les pneus d’hiver, les pelles et quoi encore? Un château avec ça ;-)

On surconsomme et on accumule sans vraiment y réfléchir parce que continuellement bombardé par un «Tiens donc, c’est pas cher!», «Y’é meilleur lui», «Y paraît que c’est miraculeux, l’as-tu essayé?»…

Nous sommes inconsciemment influencé par tous les canaux de communication qui nous entourent. Hors, pour le portefeuille, pour notre santé mentale, pour l’environnement, ça coûte cher toute cette manipulation sociale.

Comment mieux consommer?

L’objectif ici n’est pas d’arrêter d’acheter, de vivre en ermite, de rejeter tous les dogmes (bons ou mauvais) de notre société, mais de trouver un équilibre entre le trop et le pas pantoute…

Selon Wikipedia, La surconsommation désigne un niveau de consommation situé au-dessus de celui des besoins normaux ou d’une consommation moyenne. Au-delà d’un certain seuil, la surconsommation est un facteur de surexploitation des ressources naturelles.

1/ Analyser ses pratiques de consommation

Quel est le poste budgétaire où je dépense le plus ? Est-ce qu’il y a moyen d’en diminuer la quantité ? Est-ce un besoin ou un désir ?

2/ Faire le ménage

Vider les placards, c’est toujours payant. Il est à peu près certain que vous trouverez un vêtement neuf avec (encore) son étiquette. C’est le temps de classer, de donner ou de vendre le surplus qui ne sert qu’à prendre la poussière. Vous n’aurez peut-être plus besoin d’un walk-in.

3/ Trouver des solutions de rechanges

Est-ce que je peux réparer, emprunter, acheter usagé? Le seconde main peut s’avérer une bonne alternative pour diminuer les achats compulsifs. Vous devrez fouiner pour trouver à votre prix l’objet convoité. Ce qui permet de respecter son budget et travailler sa patience ;-)

4/ Réfléchir et planifier ses achats

Combien de vêtements ais-je besoin pour une saison ? Combien de souliers ? Puis-je trouver plus durable, plus écologique ? L’usagé peut-il répondre à mes attentes ?

5/ Budgéter ses achats

Quel est mon budget pour mes achats ? Ais-je les moyens ou dois-je m’endetter ? Existe-t-il une solution moins dispendieuse ?

6/ Acheter durable et non jetable

Remplacer les achats jetables en achats durables et réutilisables : verres, assiettes, pailles… Tout ce qui se termine par jetable, et qui sert souvent aux anniversaires ou pique-niques, peut se remplacer durablement. Des achats en moins pour les mois, voir les années à venir.

7/ Se désabonner

Terminé les prospectus, circulaires et infolettres de ce monde qui vous titillent de leurs spéciaux. Stopper la pollution marketing qui s’immisce dans toutes les sphères de votre vie. Refuser le Publisac qui termine toujours sa route dans le bac de recyclage. Moins de dépenses compulsives et inutiles.

8/ Éviter les boutiques

Drastique? Et pourtant, moins on y rentre, moins on achète sous le coup de l’émotion. Terminer la petite robe à rabais que l’on paie à crédit et qui nous coûtera le double en intérêt si on ne paie pas sa carte avant l’échéance.

9/ Trouver un objectif à atteindre

Un voyage, une sortie en famille, des vacances à la mer. Peu importe, trouver une expérience que vous aimeriez vivre seul ou en gang et qui vous rendrait heureux. Concentrez-vous sur cet objectif pour mieux consommer.

10/ Arrêter de se comparer aux autres

C’est bête et pourtant, on le fait tous. Oui, oui!

Quels sont les avantages?

Arrêter de surconsommer c’est excellent pour :

  • le portefeuille
  • retrouver du temps de qualité
  • l’environnement

Mais, le plus grand avantage de la déconsommation c’est d’abord et avant tout l’obligation de s’arrêter pour réfléchir à nos réels besoins.

Et évidemment, moins on achète, moins on participe à cette vague de démesure et de gaspillage.

Alors, êtes-vous capable ;-)


Suggestion de lecture : Les Écocentres du Québec pour un meilleur recyclage

Photo : Kinsey

Aucun commentaire