écolo surconsommation
Consom'Acteur

Comment éviter le piège de la surconsommation écolo?

28 janvier 2020

Surconsommer. Le mot est dit. Même écolo nous pouvons surconsommer. Oui, oui! C’est tellement facile. Un vrai piège. On jette tout et on recommence.

J’ai déjà abordé le sujet de la surconsommation dans mon billet J’arrête de surconsommer pour mieux respirer! Mais voilà, cette fois-ci, j’aimerais l’aborder sous l’angle des «nouveaux» écolos. Ceux et celles qui découvrent le mouvement (devenu tendance) et qui s’y lance avec beaucoup d’ardeur et de conviction.

Devenir écolo, c’est super! Personne ne vous en fera le reproche. Entoucas, pas moi. Mais doit-on obligatoirement se garrocher dans les boutiques pour trouver le dernier item en vogue sur Instagram? Est-ce vraiment l’objectif? Ou n’est-ce pas le bon vieux réflexe du super consommateur qui revient au galop, malgré toutes les bonnes intentions?

La caverne d’Ali BaBa

Votre maison a sûrement déjà plein de trésors cachés que vous pouvez récupérer. Ils sont peut-être en plastique ou super «laitte», mais ça personne ne le sait. À moins, bien sûr, que vous décidiez de faire un «Open House» en invitant l’ensemble du Québec, ce qui est, à mon humble avis, fort peu probable ;-)

Avant de jeter pour acheter, pourquoi ne pas faire un gros ménage de la maison pour vérifier ce qui est possible de récupérer et de réutiliser. Un bon désencombrement c’est vraiment le premier geste à faire avant de se lancer.

Les contenants de plastique à la rescousse

Une fois terminé, la bouteille de liquide vaisselle est idéale pour mettre le vinaigre qui vous servira dans la laveuse pour diminuer les odeurs et la statique de vos vêtements. L’embout est parfait pour bien verser le liquide dans le récipient rinçage de votre laveuse.

Ne jetez pas non plus le bidon de plastique du lave-glace de la voiture. Gardez-le pour faire une recette maison vraiment facile. La recette de lave-glace maison est justement sur le blogue ;-) Vous économiserez en temps et en argent.

Certes, c’est du plastique, mais en réutilisant les contenants que vous avez déjà, vous diminuerez leur impact environnemental en maximisant leur usage.

Une machine à coudre pour les guenilles

Il est possible de remplacer les essuies-tout jetables par une vieille serviette découpée au format désiré. Placée en grande quantité dans un tiroir de la cuisine et de la salle de bain, vous en aurez pour des années.

Avec un ciseau dentelé ou une machine à coudre, vous pouvez faire les bords de vos carrés sans trop de difficulté, question de les garder encore longtemps. À utiliser pour les dégâts, les petites bouches sales ou encore pour les petites pattes de toutou après sa marche, l’utilisation est infini.

Une vieille taie d’oreiller peut aussi reservir pour faire des mouchoirs, des serviettes de table, des serviettes à main, du papier de toilette réutilisable, des petits sacs pour les achats en vrac, pour emballer les cadeaux, pour les souliers, l’école, les voyages… Bref, sans acheter pour remplacer tous les produits à usage unique.

Vous n’avez aucun talent pour la couture, une maman, une tante, une voisine peut sûrement vous aider si vous crier très fort à l’aide ;-)

Faites de Pinterest votre meilleur.e ami.e, vous y trouverez des tonnes d’idées.

Les pots en verre, on les garde!

Les pots en verre de confitures, yogourts, moutarde, on garde tout. Faites-vous une boîte dans laquelle tout stocker. Achats en vrac, conservation des restants, rangement des jeux d’enfants, les pots en verre vous serviront à tellement d’usage (sans avoir besoin de racheter) qu’il vaut la peine de les stocker avant de les recycler.

Acheter pour être écolo

Même écolo, il est souvent facile de se laisser tenter par le marketing vert. Oui, oui, ça existe! C’est beau, c’est pratique et souvent compostable ou recyclable. Il m’arrive aussi de succomber. Je ne suis pas une écolo parfaite ;-) Loin de là.

Le marketing écologique, aussi appelé «marketing vert», est l’utilisation du positionnement écologique d’une marque ou d’un produit comme argument de vente, ou la communication sur des actions environnementales de l’entreprise pour valoriser son image de marque. (Wikipedia)

Alors avant de vous lancer dans le zéro déchet ou du moins dans le désir de diminuer vos déchets, pourquoi ne pas essayer de voir si vous n’avez pas à la maison la solution à certains petits changements. Vous économiserez, mais surtout vous ne participerez pas à la forte croissance du marketing écologique. Car, si l’on dit croissance, c’est aussi parce que l’offre réussit à convaincre une certaine demande.

La production verte

Il se peut que vous ayez besoin d’acheter neuf ou usagé, c’est tout à fait correct. Le but n’est pas de vous culpabiliser, mais plutôt de comprendre qu’il est possible de réduire son empreinte écologique sans obligatoirement TOUT jeter et TOUT racheter même si c’est PLUS vert. Il est important de prendre conscience que même écolo nous sommes encore confronté aux tendances et à la création de «supposés» besoins.

Servi à toutes les sauces (vert, naturel, recyclable, compostable, durable), tous ces mots à la mode permettent de développer un (nouveau) marché de plus en plus lucratif, mais ô combien aussi néfaste.

Fabriquer un produit qu’il soit vert ou pas demande autant de ressources que nous fauchons dans nos matières premières.

Évidemment, les conséquences sont également le maintien de la surconsommation. Un problème à ne pas négliger.

Alors, avant d’acheter, allez piocher dans vos armoires, tiroirs, placards. Une solution rapide et gratuite qui peut vous faire économiser beaucoup d’argent et vous aider dans la diminution de votre empreinte écologique.

Moins consommer, c’est super hot! Qu’on se le dise.


Suggestion de lecture : Acheter seconde main, les avantages et désavantages

Photo : Anna Oliinyk

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire